Observatoire pour la Défense des Droits des Femmes et des Enfants

 

Beobachtungsorganisation zur Verteidigung der Rechte von Frauen und Kindern

Chacun d’entre nous a une responsabilité morale

 

Mariages forcés

Avec nos propres mots

S'aimer sans compter, c'est beau mais….Rien de plus romantique que demander la main de son amoureuse avec un bijou unique …Bague symbole de toute une vie, l'alliance mérite savoir-faire et exception…La bague de fiançailles est un achat chargé d'émotion, le bijou de toute une vie, en théorie du moins! Mieux vaut donc ne pas se tromper…

 

Notre association a engagé des réflexions et des actions sur la thématique des mariages forcés dans les régions périurbaines et dans les Cantons, parmi les populations cibles. Depuis plusieurs années maintenant, nous avons pu entrer en contact avec des victimes potentielles et infiltrer les réseaux qui perpétuent ces pratiques.

 

Nous, en tant que observateurs et défenseurs des droits fondamentaux des femmes et des enfants, nous sommes impartiaux et n’avons pas d’idée préconçue sur les agissements ou les comportements des autorités et les personnes concernées, ou potentiellement victimes ou même des victimes en situation de mariages forcés.

 

Nous ne nous faisons pas nos propres opinions mais nous travaillons de manière contradictoire et tout à fait impartial, afin d’aboutir à une vérité libératrice dans une problématique extrêmement complexe, douloureuse et violente !

 

MARIAGE FORCÉ = VIOLENCE

Le mariage forcé consiste à marier une personne contre sa volonté. Il est organisé par des familles qui ne respectent pas, voire ne se soucient pas du non consentement de leur enfant. Les jeunes qui tentent d'y échapper sont très souvent confronté-e-s à une rupture familiale avec tous les dangers et difficultés que cela peut engendrer.

 

Le mariage forcé se distingue du mariage blanc, qui veut dire que 2 personnes décident de se marier pour des raisons diverses, mais sans aucun projet de vie conjugale. Il est puni par la loi.

 

Le mariage arrangé suppose que 2 personnes qui se connaissent ou pas sont d'accord pour se marier. Les époux ne se choisissent pas mais sont d'accord pour se marier.

 

Avant un mariage forcé, il y a souvent des violences pour faire pression:

- des insultes fréquentes : tu es nul - le, tu es moche, tu es incapable de quoi que ce soit.

Ces attaques abîment l'estime de soi de la personne qui les subit;

- des coups, des privations de toutes sortes (sorties, télé, nourriture);

- l'interdiction de continuer sa scolarité;

- L'enfermement et la séquestration à la maison.

 

Un mariage forcé pour une fille ou un garçon peut avoir de lourdes conséquences:

- Des rapports sexuels non consentis, c'est à dire des viols;

- des dépressions nerveuses;

- des violences conjugales;

- une perte d'autonomie et de liberté : arrêt des études par exemple;

- des grossesses non désirées...

 

 

Presque trois-quarts de femmes Africaines en Suisse sont potentiellement des victimes des mariages forcés.

Parfois, elles ont été forcées à se marier jeune, parfois veuves ou célibataires et mères d’enfants, elles subissent des forcings, le chantage et la violence de la part des familles – on parle à peine de ce sujet.

 

LE MARIAGE EST UN CHOIX - Il n'est pas obligatoire.

 

En Suisse, même en tant qu’immigrant on a aussi le droit de vivre en couple sans se marier !

Le mariage est un acte heureux et important dans la vie d’un couple. C’est un acte civil, célébré à l’état-civil devant une autorité compétente à la mairie, fondé sur le consentement mutuel entre un homme et une femme majeur-e-s.

 

En Suisse, seul le mariage civil donne lieu à la délivrance d’un acte de mariage par la mairie, est reconnu par la loi, toutes les autre unions, religieuses ou coutumières engagées entre deux personnes ne sont pas légalement reconnues en Suisse. Le consentement c’est avoir envie de se marier, être d’accord pour se marier. Personne n’a le droit de décider à la place d’un autre, ni de lui imposer quelqu’un qu’il n’a pas choisi : ni le père, ni la mère, ni les grands-parents, ni le frère, ni aucun autre membre de ta famille.

 

PERSONNE N'A LE DROIT D’ALLER CONTRE LA DÉCISION D’UNE PERSONNE MAJEURE!

Chacun, chacune a le droit de choisir librement son mari ou sa femme.

Avoir le choix, c’est aussi avoir le droit de ne pas se marier et avoir le droit de dire NON.

 

RESPECT DE TON CORPS, LIBERTE DE TES CHOIX

Toute personne a le droit de choisir son époux ou son épouse. Le respect que tu portes à ta famille et à tes parents ne justifie pas que tu dois tout accepter.

Dire non à un mariage imposé par tes parents (ton père, ta mère ou ton frère par exemple), ne signifie pas que tu ne les aimes pas ou que tu ne les respectes pas.

Cela signifie simplement que tu n'es pas d'accord avec un projet qui te concerne toi et uniquement toi.

Certes, oser dire non à ses parents peut être difficile mais il s'agit là de ta vie.

 

Toute personne a le droit de choisir, par exemple :

D’être libre de choisir, le droit de mener une vie comme il l’entend

Vous avez le droit au respect

Vous avez le droit de vous exprimer librement et d'être écouté-e

Vous avez le droit à une éducation sexuelle et le droit d'avoir une sexualité active ou non

Vous avez le droit d'être protégé-e contre les agressions physiques ou verbales

Vous avez le droit d'acquérir des savoirs.

 

SI LA PERSONNE N’A PAS CHOISI, C’EST UN MARIAGE FORCÉ !

Traite des Femmes

 

Et la traite des êtres humains en Suisse, version 3.0

L'expression « traite des personnes » désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil de personnes, par la menace, ou le recours à la force ou à d'autres formes de contraintes, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d'autorité ou d'une situation de vulnérabilité, ou par l'offre ou l'acceptation de paiements ou d'avantages, pour obtenir le consentement d'une personne ayant autorité sur une autre à des fins d'exploitation.

 

L'exploitation comprend, au minimum, l'exploitation de la prostitution d'autrui ou d'autres formes d'exploitations sexuelles, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage, la servitude ou le prélèvement d'organes.

 

Qu'est-ce que le trafic de migrants ?

Le trafic illicite de migrants par voie terrestre, mer et air indique le fait d'assurer, afin d'en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel, l'entrée illégale dans un Etat, d'une personne qui est ou n'est ni un ressortissant ni un résident permanent de cet Etat.

 

Le trafic de migrants est un crime qui implique l'assistance à l'entrée illégale d'une personne sur le territoire d'un Etat duquel cette personne est ou n'est ni un ressortissant ni un résident, en vue d'obtenir une contrepartie financière ou tout autre bénéfice matériel. Le trafic de migrants touche presque tous les pays du monde. Il sape l'intégrité des Etats et des communautés, et écourte la vie de plusieurs milliers d'individus tous les ans.

 

Etat des lieux

Par le biais de notre travail dans divers pays cibles et la Suisse, nous avons vu la douleur indescriptible de tant de victimes, des filles et des femmes arrachées de leurs foyers ou vendues par leurs propres parents à des fins sexuelles, des femmes réduites à l'esclavage et forcées d'accomplir des travaux pénibles, des enfants dont l’innocence et la sécurité ont été arrachées par des adultes uniquement intéressés par le profit.

 

En Europe, la traite rapporte annuellement 3 milliards de francs suisses, grâce à environ 140'000 personnes prises au piège dans un cercle vicieux de violence, d'abus et de dégradation sur l'ensemble du continent. A l'échelle mondiale, 1 victime sur 5 est une mineure, mais ce chiffre augmente considérablement dans les régions pauvres.

 

Notre Association est active à l’échelon interrégional; il est impensable que, dans un Etat de droit et d’intégrité, rien ne se fasse pour sortir ces victimes des griffes de criminels sans scrupules. Ceci n’est en aucun cas une lutte contre la violence domestique ou l’hébergement des prostituées déboutées, mais une véritable guerre contre le crime organisé, l’ennemi acharné, un fléau qui décime des vies, des familles et des générations de jeunes filles et de femmes.

 

Traite de filles et de femmes en Suisse

Bien que le fléau que représente la traite des êtres humains s’amplifie en Suisse, les autorités ne prêtent pas assez attention à ce phénomène, ceci malgré les colloques, études et rapports que nous avons soumis aux différentes instances cantonales.

 

Même quand nous avons pris courageusement acte et incité la police à faire une descente sur les lieux que nous avons repérés, les fautifs n’ont écopé que de simples peines avec sursis. Pour la simple raison que seul l’encouragement à la prostitution est retenu comme délit dans les tribunaux ; Ces affaires ne sont donc considérées que comme du ressort de la prostitution, ce sont pourtant des actes criminels de traite des êtres humains et de trafics illicites d’immigrantes vues comme des marchandises.

 

Nous savons que les auteurs agissent depuis la Suisse pour attirer leurs victimes sur le territoire. De préférence, les discussions à ce sujet se limitent surtout aux cas des filles et des femmes de l’Est de l’Europe, qui sont des immigrantes de proximité, contraintes à se prostituer dans des établissements publics, ce qui permet aux autorités de les repérer plus facilement et de pouvoir les renvoyer dans leurs pays.

 

La vie et la situation des filles et des femmes qui sont amenées ici depuis les pays africains, le Brésil, la République dominicaine, entre autres, représentent un véritable danger en Suisse. Cet esclavage moderne compte de nombreuses victimes cachées ; ces victimes sont extraites de leur milieu, arrachées à leurs relations, et transportées dans une jungle d’abus et de manipulations inavouables.

 

LUTTE CONTRE LE TRAITE DES PERSONNES ET LE TRAFIC DE MIGRANTS

Une industrie mondiale d'une valeur d'environ 32 milliards de dollars. Des millions de marchandises circulent tout le temps. Est-ce l'une des grandes histoires récentes de réussite d'une entreprise?

 

Pas vraiment, c'est le fructueux résultat du milieu illicite du trafic d'êtres humains, un important réseau qui comprend pas moins de 2,4 millions de femmes, enfants et hommes pris au piège dans des conditions analogues à celles de l'esclavage. A travers l'exploitation sexuelle, le travail forcé, la servitude domestique et la mendicité des enfants, des personnes du monde entier sont détenues contre leur volonté.

 

LUTTE CONTRE LE TRAITE DES PERSONNES

 

Qu'est-ce que la traite des personnes ?

A travers de nos projets, nous visons à sensibiliser, prévenir, et dénoncer afin que soient puni les acteurs et actrices de la traite des personnes.

 

L'expression "traite des personnes" désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d'autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d'autorité ou d'une situation de vulnérabilité, ou par l'offre ou l'acceptation de paiements ou d'avantages pour obtenir le consentement d'une personne ayant autorité sur une autre aux fins d'exploitation.

 

L'exploitation comprend, au minimum, l'exploitation de la prostitution d'autrui ou d'autres formes d'exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage, la servitude ou le prélèvement d'organes.

 

Chaque année, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sont victimes de la traite des personnes dans leur pays ou à l'étranger. Par la contrainte, la duperie ou la force, ils sont exploités pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes. Presque tous les Etats sont touchés par ce crime contre l'humanité, comme pays d'origine, de transit ou de destination des victimes.

 

La traite des êtres humains peut être une entreprise lucrative et les responsables sont souvent liés à la criminalité organisée. Pourtant, la traite affectant généralement des individus en marge de la société, peu de ces trafiquants sont jugés et la plupart des victimes ne seront probablement jamais identifiées et aidées.

 

Nous voulons agir de concert avec nos communautés pour que cela change.

Nous voulons aider les autorités à lutter contre la traite des personnes, à protéger les victimes en particulier les femmes et les enfants et à poursuivre les coupables en justice. Nous pouvons offrir une assistance spécialisée, incluant le développement de capacités et d’expertises et les outils pour les investigations et les recherches.

 

LUTTE CONTRE LE TRAFIC DE MIGRANTS

 

Qu'est-ce que le trafic de migrants ?

Le trafic illicite de migrants par voies terrestres, maritimes ou aériennes, indique que "l'expression" trafic illicite de migrants" désigne le fait d'assurer, afin d'en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel, l'entrée illégale dans un État, d'une personne qui est ou n'est ni un ressortissant ni un résident permanent de cet État".

 

Le trafic de migrants est un crime qui implique l'assistance à l'entrée illégale d'une personne sur le territoire d'un Etat duquel cette personne est ou n'est ni un ressortissant ni un résident, en vue d'obtenir une contrepartie financière ou tout autre bénéfice matériel. Le trafic de migrants touche presque tous les pays du monde. Il sape l'intégrité des Etats et des communautés, et coute la vie à plusieurs milliers d'individus tous les ans.

 

En criminalisant les trafics de migrants, la production de faux papiers et le fait de permettre le séjour illégal des personnes sur le territoire, et en conférant un caractère de circonstances aggravantes au fait de mettre en danger la vie ou la sécurité des migrants concernés aux traitements inhumain ou dégradant de ces migrants est une excellent lutte contre ce crime déshumanisant.

 

Dans cette rubrique d’information, nous explorons avec vous sur le sujet de la criminalité organisée et la migration irrégulière d'Afrique vers l'Europe et la Suisse en particulier, retraçant les liens entre ces migrations illégales et les réseaux de criminalité et en évaluant le marché que représente le trafic de migrants, les routes et modus operandi.

 

En collaboration avec nos partenaires dont nous voulons faire participer à ce projet, créé pour faciliter les échanges d'informations et d'analyses portant sur les flux migratoires, dans le but de soutenir les efforts de lutte contre le trafic de migrants aux niveaux international, régional et sous régional, en Afrique, en Europe et en Suisse principalement.

 

En collaboration avec plusieurs services, nous ne sommes par contre pas mandatés par aucun de ces services en tant que source d’information de dénonciation. Nous avons suivie de formations d’élaboration des modules d'entrainement dans le domaine de la prévention et de la lutte contre le trafic des migrants, à travers une série de réunions de groupes d'experts rassemblant des personnes changées de l'application de la loi et des procureurs dans le seule but et objectif de sensibiliser les communautés ici et du pays d’origine des dangers que comportent des pratiques pareilles.

 

La traite n'est pas un phénomène qui touche seulement les femmes adultes. Les jeunes filles, dès l'âge de 15 ans, sont forcées à s’exiler, à se marier, à faire le trafic de drogues et de marchandises illicites et à voler.

 

Certaines sont contraintes à l'esclavage sexuel et à la pornographie hard. Les hommes adultes et d'adolescents sont utilisées pour les travaux forcés dans les chantiers ; les femmes plus âgées en exilent, jouent le rôle de boucliers humains pour les éventuelles violences.

 

QUESTIONS

REPONSES

 

 

 

Non. Beaucoup de gens pensent que toutes les femmes victimes de la traite sont des prostituées tel n’est pas toujours le cas. Les gens pensent souvent que la prostitution est une vie de glamour et de romance, faite de bas de soie et d’argent. La réalité est bien différente. La plupart des femmes victimes de la traite sont forcées à se prostituer, ce qui veut dire, contre leur gré.

 

Elles ont préalablement été psychologiquement manipulées et enchainées dans le monde occulte, et par la suite, sont souvent battues, violées et maltraitées. Elles sont emmenées en Suisse par de fausses promesses de bons emplois, de mariages et de débouchés économiques en or.

 

Ces femmes du tiers-monde veulent simplement gagner de l'argent et avoir une vie meilleure pour leurs enfants et leurs familles. Certaines femmes quittent leurs pays pour échapper à des circonstances économiques ou situations familiales difficiles. Certaines n'ont pas une formation nécessaire pour trouver un bon emploi. D'autres sont des professionnelles qui ne peuvent pas trouver du travail dans leur profession : Comptables, infirmières, enseignants etc. - des gens comme vous et moi.

 

Non, mais les enfants abandonnés sont particulièrement vulnérables. En l’absence d’une mère ou d’un père, d’une tante, oncle, sœurs ou frères, les enfants se réfugient là où ils peuvent. Dans de rares établissements sociaux, abris, et même dans les rues. Mais ce ne sont pas seulement les enfants abandonnés qui courent des risques.

 

La pauvreté et le chômage sont si répandus que des dizaines de milliers de jeunes, même issus des familles les plus stables, sont vulnérables. En Suisse, ce sont des mineurs, demandeurs d’asile, séparés de leurs relations proches ; ils manquent souvent d'éducation, de documents l’identité, et n’ont presque souvent aucun moyen visible de soutien économique ; cette catégorie est la cible de choix pour être exploité, vendue et revendue par des trafiquants criminels.

 

Les jeunes filles et femmes courent plus de risques, Car souvent naïves, elles sont prêtes à croire aux promesses ambitieuses d'une vie meilleure que leurs font miroiter les criminels-trafiquants. Les jeunes filles et femmes sont plus demandées par les criminels-trafiquants qui les recherchent pour le ravitaillement de leurs réseaux d'activités illégales en Suisse.

 

C'est une idée fausse très répandue. Bien que l'exploitation sexuelle soit monnaie courante, les jeunes et les adultes sont réduits à esclavage dans des ateliers clandestins, en tant qu'ouvriers agricoles dans le secteur de transformation des aliments, comme des travailleurs dans la construction, dans des mariages forcés avec des personnes âgées, servant comme des domestiques privés et sous diverses autres formes de travail inavouables.

 

Ils peuvent être vendus et revendus, des profits blanchis et propres pour les trafiquants. Ils sont réduits à esclavage, exploités, abusés et privés de leurs droits humains les plus élémentaires.

 

Vous seriez surpris de comprendre à quel point ils peuvent l’être. Certaines études que nous avons faites en Suisse, montrent que pour cent recrutements, soixante sont effectués par un proche parent, amis ou famille.

 

Six sur dix victimes de la traite sont le fait d’un ami, ou proche. Un pourcentage très élevé de victimes sont aussi recrutés par d'autres personnes qui connaissaient déjà la victime. Les recruteurs sont de toutes les couches d’âges, et notamment les femmes sont les mieux à même de manipuler les rêves et les aspirations d’autres femmes.

 

Les recruteurs sont souvent issus du même milieu socio-économique pauvre que leurs recrues. Ils sont prêts à tout et placent leurs profits et leurs intérêts économiques avant le bien-être des membres amis ou la famille.

 

 

Oui. Ceux qui sont victimes de la traite sont souvent limités dans leurs mouvements.

 

Les trafiquants criminels ne veulent pas que leurs victimes les échappent, ou qu’elles aient des contacts hors des réseaux constituant ou qu’elles demandent de l'aide. Dans des groupes de maisons, les églises, les associations fictives, derrière les portes closes, les victimes sont abusées, manipulées, punies et psychologiquement torturées. Ces traitements facilitent le travail de ces trafiquants criminels et garantissent le respect et découragent les tentatives d’évasion.

 

En fin de compte, ces trafiquants criminels recrutent leurs victimes par le billet de mensonges, de fausses promesses et sécurisent leurs investissements grâce à des manipulations occultes et psychologiques, par les pièges de faux mariages et quelques cadeaux aux familles, des coups-bas et la soumission forcée.

 

 

Oui. Des offres d'emploi, à travers des personnes et des relations familiales, souvent via Internet, sont les méthodes de recrutement les plus communes. Mais d’autres méthodes populaires sont les fausses propositions de mariage et les formations professionnelles.

 

Les jeunes hommes et femmes réagissent positivement à ces propositions, car aujourd'hui il peut s’avérer difficile de vivre dans de nombreux pays pauvres. Alors l’illusion se vend bien. Il est conseillé, lorsque dans votre entourage vous connaissez quelqu’un qui pars pour l’étranger, vous armer impérativement de bonnes informations, d’attirer l’attention de celui qui va voyager sur la nécessité de rester attentif et vigilant aux moindres signaux de danger.

 

Vous devez vous informer sur son contact en Europe, la ville et le pays de destination, y compris les numéros de téléphone mobile, domicile doivent toujours être laissés à un ami de confiance ou à un parent. Les membres de la famille doivent savoir comment entrer en contact avec celui qui voyage ; Ils se doivent ainsi de toujours rester en contact étroit avec lui pour s'assurer que tout va bien.

 

Oui. Le recruteur prend généralement soin de tout, y compris organiser les documents, billets, les repas et le logement. Les recruteurs sont susceptibles de faire partie d'un réseau de trafic criminel organisé qui comprend des faussaires de passeport et de visa, des agents d'emplois temporaires bidon, des agents de voyages, des pilotes de compagnies aériennes, des proxénètes, des propriétaires de maisons closes, des ONG et des fonctionnaires, même de l'État.

 

Ceci est une nouvelle forme de guerre, un nouvel ennemi, qui sollicite une nouvelle armée des combattants formés à tous les risques !

 

Les recruteurs/teuses, sont également doués dans la manipulation des victimes. Ils ne laissent aucune chance à la victime de faire machine arrière, une fois qu’elle découvre brutalement le destin d’esclave qui lui est réservé d’une part, et de l’autre, ceux qui ont placé leur confiance en elle, restés bien loin au pays.

 

Une fois qu'une victime est la proie du système, il lui est très difficile d'échapper. Derrière ce rideau d’airain, se cachent des gens et des organisations, prêts à saboter toute possibilité de libération de la victime, cependant, il y a aussi, des organismes et des personnes prêts à leur venir en aide.

 

S’en est une. Le gouvernement prend très au sérieux le crime organisé.

Le crime organisé se cache souvent derrière la traite. Il s'agit d'une priorité pour la police fédérale.

 

Les trafiquants criminels sont des gens qui utilisent la coercition et parce que le trafic est secret, la police à besoin des yeux et des oreilles du public pour la combattre.

 

Les policiers recherchent activement votre aide. Si vous avez des informations, mais vous pensez qu’elles sont insignifiantes, ne vous en faites pas, contactez notre service par un appel au écrivez anonymement à ODDFEA ou communiquez avec votre poste de police de proximité.

 

 

La peur du gendarme ou du policier est compréhensible. En Suisse beaucoup de victimes de la traite sont légalement ou parfois illégalement établie. Les trafiquants criminels ne manquent pas de rappeler constamment à leurs victimes leurs fragilités, afin de les intimider et gagner leur soumission.

 

Ils menacent également les familles et les amis s’ils vont à la police ou cherchent d’une manière ou l’autre à dénoncer leurs exactions. Mais la majorité des filles et des femmes qui ont réussi à s'échapper l’ont fait en prenant beaucoup de risques, animées par une volonté de s’en sortir, quoi qu’il arrive. Rares sont celles qui ont été libérés par la police pendant les raids sur les maisons closes, et appartements.

 

Les policiers travaillent en étroite collaboration avec le Service de l'immigration et d'autres organismes de soutien pour que les victimes qui échappent reçoivent le soutien et la protection en fonction de leurs besoins propres. La police travaille également avec des organismes intergouvernementaux et autres organisations non gouvernementales, pour fournir des programmes de rapatriement ou de réinsertion quand cela est en conformité avec les souhaits des victimes.

 

 

Appelez Anonyme ou écrivez nous transmettront vos informations à une équipe de spécialistes de la police ; Qui pèseront toutes les informations reçues et utiliseront leur savoir-faire et l'expérience nécessaires pour faire une évaluation.

Ce sont des agents spécialisés qui vont utiliser l'information dans le cadre de leurs investigations plus approfondies et prendront les mesures appropriées s’ils sentent qu'ils ont clairement identifié la victime. Si vous contactez directement la police et qu’une enquête, arrestation ou des poursuites sont ouvertes, vous pourriez être invité à faire une déclaration.

 

Repérer les victimes de la traite est très difficile. Parfois même, il peut arriver que les victimes deviennent des sympathisants de leurs bourreaux, quand les affaires sont intéressantes. Les apparences sont parfois trompeuses.

 

Mais vous n'êtes pas un expert et nous n'allons certainement pas nous attendre à être à 100% certains de la fiabilité de vos informations. Alors, laissez les spécialistes décider si vos informations sont utiles ou non.

 

Si quelque chose que vous avez vu ou suspecté peut-être n’est pas tout à fait juste, les spécialistes préfèrent le savoir, bien que cela semble insignifiant.

 

Cela pourrait s’avérer être une pièce essentielle d'un puzzle qui pourra aider à identifier une victime de la traite. Le bien-être d'une victime est la priorité numéro un. Vous pourriez aider la police à les libérer du joug d'un trafiquant criminel et même sauver une vie.

Alors, en cas de doute, il vaut mieux en parler, même si ce n'est juste qu’une intuition.

LUTTONS CONTRE LA TRAITE DES FILLES ET DES FEMMES

EN SUISSE ROMANDE

 

Observatoire pour la Défense des Droits des Femmes et des Enfants © copyright oddfea 2005 – 2016